bandeau

L'ASSOCIATION

Présentation de la démarche VIE VAS


Vie affective , relationnelle et sexuelle

Vie VAS est une démarche de recherche,de réflexions,de formations et d'actions initiée en 2006 par l'Association.Elle est engagée avec les publics accompagnes,les professionnels du Home des Flandres et les partenaires de nos missions sur nos territoires d'intervention.

Elle a pour finalités , par la croisée des regards permise , d'améliorer les pratiques d'accompagnement et les compétences des publics accueillis dans un processus de co-construction permanent:


Deux axes d'accompagnement:

1. La promotion d'une éducation à la santé des publics accueillis dans un but de prévention dés le plus jeune âge et de mises en sens progressive du soin de soi: développer l'estime de soi et les compétences psycho-sociales afin d'installer un mieux-être, prévenir les conduites à risque, découvrir les émotions pour mieux gérer , découvrir des modes de communication alternatifs aux écrans...

2. Le soutien de l'accés à la prévention santé et aux soins.

Informer les parents des besoins de leurs jeunes enfants en matière d'alimentation et de sommeil , réfléchir avec des professionnels de dispositifs de prévention santé et de soins aux notions de Santé et de Bien-être , Repérer les lieux ressources dédiés à la prévention santé, à l'accompagnement de la vie affective et sexuelle , aux soins physique et/ou pyschiques

Psychiatrie adulte et protection de l'enfance

Une équipe en recherche-action

La démarche de recherche :

Après constitution d’une équipe de recherche restreinte (composée de la psychologue, du chef de service et de deux éducateurs),d’une équipe élargie(toute l’équipe de la maison d’enfants), d’un comité scientifique ad’hoc,la problématique a pu se déployer et s’alimenter d’un aller et retour entre confrontation à des données théoriques et analyse de nos pratiques.L’enquête de terrain s’est enrichie de recueil de données issues de l’analyse de situations problématiques et d’entretiens d’explicitation auprès de professionnels formant le panorama de l’accompagnement de ces enfants.

Les principaux résultats :

-Les enfants dont les parents présentent un trouble psychiatrique se retrouvent majoritairement en mesure judiciaire de placement.Ce constat conforte la pertinence du choix du cadre de la recherche et sa spécificité en MECS.

-Les différentes façons de nommer la souffrance psychique (« folie »,« pathologie mentale »,« troubles psychiatriques »,« maladie ») reflètent des représentations sociales différentes selon les acteurs et on identifie des représentations qui reposent sur plusieurs éléments qui concernent à la fois la peur de la transmission (au sens psychologique du terme),le manque de formation des équipes éducatives et le cloisonnement des champs, entre autre la protection de l’enfance et la psychiatrie adulte.

-Ces représentations ont un effet de filtre qui empêche le professionnel de cerner son expertise dans le champ éducatif.La mère est vue comme « malade » avant d’être vue comme parent.

-La mesure de protection n’est pas déterminée par la maladie elle-même, mais par les effets de la maladie. C’est ce que la recherche-action a permis d’identifier chez et par les professionnels de la protection de l’enfance. C’est ici que peut s’opérer un changement dans la posture professionnelle.

-Cette dernière analyse permet de déplacer la question centrée uniquement sur le parent en souffrance vers une réflexion portant sur le système familial dans sa capacité ou non à soutenir la parentalité dans son exercice, sa pratique et son expérience. Elle permet également de prendre en compte le système des relations sociales autour du parent, en constatant que le plus souvent, le parent apparait très isolé.

-La recherche-action fait apparaître l’expertise des équipes éducatives à accompagner l’enfant, la relation parent-enfant, là où auparavant cette compétence était masquée par nos représentations de la maladie mentale. Les professionnels se disaient « empêchés » par manque de connaissance du diagnostic. C’est ici l’effet des représentations accrochées au terme de maladie qui venait éteindre la mise en activité d’une compétence pourtant avérée.

-Les professionnels de la protection de l’enfance sont alors en capacité d’identifier des leviers face à ce qui était perçu comme des obstacles de la coopération entre les deux champs.

Les suites données à cette recherche-action :

Cette recherche-action, aux moyens très modestes, a été le point de départ de plusieurs actions qui lient recherche et pratique professionnelle. Elle a permis d’inscrire des professionnels dans d’autres actions : restitution, publication, formation, poursuite de la recherche, développement de pratiques innovantes.

-Un article a été rédigé par l’équipe de recherche suite à cette recherche-action et est paru dans une revue à caractère scientifique :

Delhaye, P., Cadière, J., Leroy, D., Tano, R. (2018). Oser la recherche-action vers un changement de posture professionnelle : À partir d’une Maison d’Enfants À Caractère Social, penser le lien entre protection de l’enfance et psychiatrie adulte. La Psychiatrie de l'enfant numéro 61/1/2018, pp 119-133.

-Dans le cadre d’une formation (UNIFAF) sur ce thème, l’équipe de recherche a animé quatre fois une journée de formation (organisée par le CREAI et le CREHPSY) auprès des professionnels de la région, de septembre à décembre 2017.

-Un colloque : une restitution publique de cette recherche a été organisée le 28 janvier 2016 à l’IRTS et a débuté la journée de colloque sur le thème « Psychiatrie adulte et protection de l’enfant » où ont été invités différents conférenciers afin d’approfondir la question. Cette journée a rassemblé quelques 280 professionnels.

-Un groupe de réflexion et d’analyse des pratiques a été créé et s’est mis en place à l’initiative de l’association Home des Flandres. Cinq demi-journées, de septembre 2017 à mai 2018 rassemblent des professionnels de la psychiatrie adulte, de la pédopsychiatrie, des UTPAS et des différents services du Home, avec pour finalité d’améliorer les pratiques et de développer des pratiques innovantes en se formant ensemble et en consolidant le travail de réseau-partenariat.

-Le Pôle Petite Enfance d’un établissement public concerné par la protection de l’enfance a passé commande au Pôle Recherche pour une recherche-action sur la thématique « accompagner les enfants dont un parent présente un trouble psychiatrique ». Cette recherche concerne 25 professionnels de ce pôle petite enfance et se déroule sur 9 jours (de septembre 2017 à juin 2018) ; elle est donc actuellement en cours.